« Enseigner la culture dans nos médiathèques d’établissement » InterCDI n°240

Je souligne ici la parution de mon article dans la revue InterCDI n° 240 (novembre-décembre 2012) titré par la rédaction : « Enseigner la culture? »

Il s’agit dans cet article de réfléchir à la place des contenus dans notre enseignement. Autrement dit: comment s’éloigner d’une formation à la culture informationnelle pour se diriger vers un enseignement fondé sur les sciences de la culture?

La médiathèque d’établissement, lieu de culture?

Quelle place prend la culture dans nos médiathèques? Il suffit de penser au père fondateur de la documentation pour mesurer l’éloignement avec ce qu’on appelle culture dans notre métier: « [Paul Otlet] verrait aujourd’hui son rêve transformé en un système de sélection, et son utopie réduite à un knowledge mapping, résultat d’un agglomérat sans âme de critères, de recoupement de grilles et de faisceau d’indices »1 Le partage des savoirs, l’attention aux contenus, la transmission des connaissances chères à Otlet ne sont plus d’actualité car, entendons nous, c’est du ressort de nos collègues de discipline. Nous sommes donc focalisés sur le plan de l’expression des contenus, sur l’accès-l’analyse-l’évaluation de l’information, sur tout ce qui est périphérique au contenu et qui constitue la formation à la culture informationnelle. C’est bien dommage parce qu’il y a bien la possibilité de prendre une place qui n’est pas celle du « méthodiste » de la culture.

Les élèves, citoyens de la société du savoir

J’ai choisi comme point d’entrée la société des savoirs, pour dire le dépassement du paradigme informationnel associé à la société de l’information. Selon l’UNESCO, nous serions entrés dans l’ère de la société des savoirs, ce qui signifie : « […] vouloir s’intéresser aux contenus plutôt qu’à la connectivité, à l’usage et au partage du savoir plutôt qu’à son stockage, à la réflexion sur la mémoire des sociétés plutôt qu’à la course au temps réel »2 Tenir compte de ce changement de paradigme dans notre enseignement, c’est s’éloigner des théories de l’information pour remettre au centre la culture. Pas la culture générale, mais la culture entendue dans le sens de ce qui constitue fondamentalement l’humain et qui permet de regarder avec distance (on peut parler d’herméneutique) les différentes productions sémiotiques/culturelles de l’homme. François Rastier parle d’entour humain pour désigner ce monde chargé de signes et de représentations afin, notamment, d’envisager la genèse des cultures autrement que du point de vue génétique ou cognitiviste.

Enseigner avec les sciences de la culture

Les sciences de la culture sont ce nouveau continent scientifique qui nous ancrent dans la culture avec des méthodes et des outils distincts des sciences de l’information et de la communication. On peut partir de l’objet culturel, qui ne se limite pas aux productions écrites ou artistiques mais désigne toute production sémiotique (y compris les langues), et qui englobe de loin l’objet informationnel. Voilà un nouvel objet tout indiqué pour notre enseignement. Quelle méthode? L’herméneutique, c’est à dire cette tradition d’interprétation qu’il suffirait d’adapter, sans dénaturer, aux élèves que nous avons en face de nous: la mise en contexte est déjà une herméneutique. Le chantier est vaste et il vaut la peine d’être mené parce qu’on ne peut plus envisager « la culture comme le résultat d’un système de traitement de l’information ».3

Pour celles et ceux qui veulent aller plus loin, je vous invite à lire et butiner sur le site de la revue Texto!

 
1 Isabelle Barbéris, « Le cauchemar de Paul Otlet », in Cités 2009/1, n° 37, 9-11, p 9.
2 Commission nationale française pour l’UNESCO, « La société de l’information, glossaire critique », Paris, La documentation française, 2005, p 34. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Glossaire_Critique.pdf
3 François Rastier (dir.), Simon Bouquet (dir.), Une introduction aux sciences de la culture, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p 137.

 Christophe Mousset

Tagué

Une réflexion sur “« Enseigner la culture dans nos médiathèques d’établissement » InterCDI n°240

  1. […] Autrement dit: comment s'éloigner d'une formation à la culture informationnelle pour se diriger vers un enseignement fondé sur les sciences de la culture? La médiathèque d'établissement, lieu de culture?  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :