« Essais sur la théorie de la science » Max Weber

Deuxième essai : “Études critiques pour servir à la logique des sciences de la culture” (1906) Traduction de l’Allemand et introduit par Julien Freund

Weber, Max. Essais sur la théorie de la science. Traduits et introduits par Julien Freund. Pion, 1965, 543 p., bibliogr., index. Recherches en Sciences humaines, 19.

SOMMAIRE

1.  Éléments pour une discussion des idées d’Édouard Meyer
2.  Possibilité objective et causalité adéquate en histoire

« Les traductions étrangères de Weber sont ou bien trop interprétatives, c’est- à-dire souvent infidèles, comme les anglaises, ou bien peu accessibles comme les italiennes. La parution, en français, d’un nouveau texte de Weber constitue donc toujours un événement pour le public non germanophone. Le grand soin que le traducteur-éditeur a apporté à la présentation de ces quatre essais, fondamentaux pour la compréhension de l’épistémologie weberienne, renforcera leur satisfaction. Ces essais ont été publiés du vivant de l’auteur. Il s’agit de L’objectivité de la connaissance sociologique (1904), des Études critiques sur la logique des sciences sociales (1906), des Catégories de la sociologie compréhensive (1913) et du Sens de la neutralité axiologique (1917). Avec d’autres écrits de moindre importance, ils ont été réunis dans le гесueil posthume Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre. Les écrits qui ne se trouvent pas traduits ici sont cependant représentés, sous forme abrégée et commentée, dans l’importante introduction où Julien Freund retrace avec beaucoup de science la genèse des thèmes majeurs abordés dans ces essais. Des notes abondantes mais concises nous renseignent sur la place que ceux-ci occupent dans l’œuvre et éclairent leur valeur d’actualité lors de leur rédaction. Ils ressortissent en effet pour la plupart, du grand débat méthodologique — Methodenstreit — qui préoccupa tant les philosophes et sociologues allemands avant la Première Guerre. La technique de traduction adoptée s’avère des plus heureuses. Les expressions- clefs sur lesquelles repose tout l’édifice théorique reçoivent en effet un traitement analytique, si bien qu’une phrase française entière ne rend parfois qu’un mot composé allemand. Le texte français paraît ainsi plus explicite, en tout cas de lecture plus facile, que l’original. Il ne trahit pas cependant celui-ci puisque l’éditeur a pris le soin de faire figurer entre crochets, dans le corps de la traduction même, les termes allemands difficiles. En félicitant le traducteur-éditeur de ce travail remarquable, on souhaitera seulement une parution plus rapide pour les autres volumes français de l’œuvre weberienne. » Karady Victor. Weber M., Essais sur la théorie de la science.. In: Revue française de sociologie. 1966, 7-3. Les changements en France. p. 411.

Les sciences de la culture chez Max Weber (article Wikipedia)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s