« On ne traite pas des œuvres et on traite des textes en terme de documents. Il y a une surdocumentarisation. Les documents sont d’ailleurs réduits à leurs métadonnées, on n’accède plus qu’à leurs métadonnées. Les métadonnées servent à oublier les données. De la même façon que les documents ont servi à faire oublier les textes. Et que les textes ont servi à oublier les œuvres. »
François Rastier, Des documents aux œuvres (colloque de Cerisy, 6-13 juillet 2012)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s