« L’ACTION ET LE SENS POUR UNE SÉMIOTIQUE DES CULTURES » François RASTIER

« La sémiotique des cultures n’est pas à vrai dire une discipline, mais le projet même de redéfinir la spécificité des sciences humaines et sociales : les cultures embrassent la totalité des faits humains, jusqu’à la formation des sujets. Elles restent cependant difficiles à concevoir, faute précisément d’un point de vue sémiotique sur la culture. En d’autres termes, c’est la reconnaissance de la spécificité et de l’autonomie relative du monde sémiotique qui permet de délimiter le champ des sciences de la culture, et d’en finir avec le dualisme traditionnel qui commande la division proposée par Dilthey entre les « sciences de la nature  » (Naturwissenschaften) et les « sciences de l’esprit  » (Geisteswissenschaften). » Extrait du chapitre 4.4: L’unité problématique des sciences de la culture

RÉSUMÉ

Les théories sémiotiques se sont longtemps attachées à produire des typologies des signes, rapportés aux opérations abstraites de l’esprit — dans une universalité postulée. Or, pour développer leur interdisciplinarité en respectant leur diversité, les sciences sociales ont plutôt besoin d’une théorie des pratiques créatrices et porteuses de sens, bref d’une théorie de l’action ou praxéologie qui ne soit pas simplement extrapolée de la production technique ou de la création artistique.
Après un rappel du cousinage entre la linguistique comparée et l’anthropologie moderne, une interrogation sur la spécificité des langues conduit à distinguer une organisation ternaire des zones anthropiques qui divisent les mondes culturels. Le régime sémiotique des pratiques est ensuite problématisé une typologie générale des actions situées.
Des directions de recherches sont enfin esquissées pour souligner le caractère interdisciplinaire du problème de l’action.

source : http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Action.html

SOMMAIRE

1. Le fondement anthropologique de la linguistique historique et comparée
1.1. Pour une épistémologie de la diversité.
1.2. Fondement anthropologique de la sémiotique
2. Les zones anthropiques
2.1. Action et couplage
2.2. Les ruptures catégorielles
2.3. Les trois zones
2.4. Les conditions de transmission de l’entour
2.5. Les médiateurs et les modes de la médiation
2.6. Les deux médiations
3. Pour une typologie des actions situées
4. Directions de recherche
4.1. Les modes d’objectivation
4.2. L’éthique
4.3. L’action, problème interdisciplinaire
4.4. L’unité problématique des sciences de la culture

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s